Mon avis sur : Manuel de survie d’une mère de famille…

Comment tenir sa maison en ordre et son âme en paix, c’est la suite du titre complet du livre. Traduction de A mother’s Rule of Life – How to bring order to your home and peace to your heart.

Si je ne devais conseiller qu’un seul livre à qui veut gérer sereinement son foyer tout en gardant ses petits à la maison, ce serait sans hésitation celui de Holly Pierlot. Cette mère de famille canadienne et catholique nous change un peu de John Gray (Les hommes viennent de Mars, les fommes viennent de Vénus) ou de Gary Chapman (Les langages d’amour des enfants).

Elle ne vous expliquera pas le fonctionnement de votre conjoint et de vos enfants, ne vous donnera pas d’indications sur LA bonne attitude à adopter dans telle ou telle situation de crise, ne vous proposera pas de solutions toutes faites. Elle fait mieux que ça, elle rappelle une évidence oubliée : la solution se trouve en amont. Parce qu’en amont se trouve la source, Dieu, où vous vous viendrez quotidiennement puiser votre énergie. Elle vous propose donc d’établir une règle de vie et détaille 5 priorités ordonnées ainsi :

  • prier
  • prendre de soi-même
  • prendre soin de son conjoint
  • jouer son rôle de mère
  • pourvoir aux besoins du ménage

Plus concrètement, elle vous aide à planifier votre organisation. Mais sans jamais tomber dans le piège habituel des « plannings » qui deviennent parfois oppressants. Avec la méthode d’Holly Pierlot, qui n’est rien d’autre qu’une règle de vie traditionnelle et chrétienne telle que celles des monastères (en gros : prie et travaille !), vous vous libérez l’esprit. Avec elle, vous allez à l’essentiel au quotidien : prière, papa, bébé, courses, repas, linge, ménage, l’école à la maison, etc. Tout y passe.

A noter : elle s’impose une journée de vacances une fois tous les 15 jours. Précepte que je n’ai pas encore réussi à appliquer bien qu’il me semble extrêmement nécessaire.

Ce livre m’a été offert à la naissance de mon quatrième enfant et a bouleversé ma façon de voir les choses. Il permet de prendre conscience de sa vocation de mère. Il ouvre les yeux en grand.

Mon extrait préféré :

Dans le premier chapitre intitulé « je vais craquer », l’auteur explique qu’un jour, découragée, elle se donne une semaine pour décider ou non de remettre ses enfants à l’école. Après avoir cité un passage de l’Evangile (les cinq pains et les deux poissons), elle écrit :

« Or, quand les disciples firent part de leur préoccupations à Jésus, il leur dit de nourrir les foules eux-mêmes. Il durent être absolument sidérés, réalisant l’impossiblité de la tâche qui leur était demandée. J’avais compris moi aussi que j’étais devant une tâche impossible à accomplir, mais Jésus voulait que je m’y attelle tout de même.

Et soudain tout s’est éclairé : ce n’étaient pas les cinq malheureuses miches de pain ni les deux poissons qui avaient nourri les foules, mais le fait qu’elles aient été offertes et bénies par Jésus. Il me disait de lui donner mes cinq miches de pain et mes deux poissons, mes petits efforts de rien du tout, et lui, il les bénirait et pourvoirait aux besoins de ma famille. »

Si vous avez lu ce livre, ajoutez votre avis dans les commentaires ci-dessous .

4 réflexions au sujet de « Mon avis sur : Manuel de survie d’une mère de famille… »

  1. Bonjour,
    Je découvre votre blog par l’article « école à la maison, accouchement sans péri même combat », mais je réagis à ce post ci car j’ai particulièrement aimé ce livre dont on ne parle pas assez. Pourquoi ? Parce qu’il est à contre courant de la tendance actuelle un peu égo centrée et individualiste des femmes et des mamans: « et moi ? Du temps pour moi ? Et mon épanouissement perso ? Et ma reconnaissance ? Et qu’est ce que je vaux ? Je suis fabuleuse ! » Bien sûr nous avons des aspirations et devons prendre « soin de nous », ce qui est son 2 eme point essentiel et elle a raison. Mais nous en perdons la gratuité (si nous n’en sommes pas témoins comment nos enfants apprendront ils eux aussi la valeur des actes gratuits ?) qui fait la beauté de la vocation et de la dignité de la femme. Nous oublions un peu trop de nous poser la question : à quoi suis je appelée ? Où est mon devoir ? On critique un peu trop vite nos mères qui étaient pour la plupart des femmes de devoirs, mais elles n’ont pas si mal réussi ! Je n’ai jamais entendu ma maman dire qu’elle était fatiguée ! Et pourtant on était 6 ! Alors, retroussons nous les manches, et Hollie Pierlot nous y aide joliement !

    1. Merci pour ce commentaire. Quand Holly Pierlot parle de prendre soin de soi-même, elle rejoint surtout l’expression « Charité bien ordonnée commence par soi-même ». S’occuper de soi par dans le but de bien s’occuper des autres.

      1. Tout à fait, c’est son 2ème point sur les 5 et il est bien à sa place. Il ne s´agit pas de s’oublier, mais de prendre soin de soi en tant que créature de Dieu, pour mieux Le servir. Merci pour votre blog et happy homeschooling !

        1. Merci à vous ! Je crois que ce point-là à lui tout seul est un sujet entier que j’aborderai dans un article. Car il est compris de deux façons diamétralement opposées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.