Le livre que personne ne vous conseillera (à part son vendeur)

Il existe un livre absolument génial sur l’éducation. Un livre épais mais bon comme un kouign-amann. Vous connaissez, le gâteau breton avec 75% de beurre et 75% de sucre. On le déguste trop vite, on se sert une dernière fois par gourmandise et paf ! On cale. On ne peut plus avaler une miette. Là c’est pareil, il faut le lire tranquillement. S’arrêter avant l’indigestion. N’y revenir qu’en cas de petit creux.

A qui s’adresse ce livre ? A celles qui prennent conscience, leur enfant grandissant, de l’immensité de la tâche (à vie) qui les attend. A celles qui se sentent nulles ou qui croient qu’elles sont de mauvaises mères si elles ne donnent pas ceci ou cela à leur enfant.

Ce livre approfondit concrètement chaque aspect de l’éducation : physique, intellectuelle et morale. Il fourmille d’exemples précis, de citations. Il est écrit sous forme de questions-réponses. Voici un extrait qui nous intéresse par rapport à la maternelle à la maison :

Ne faut-il donc rien apprendre au petit enfant ?

Loin de nous cette pensée. Mais autre chose est de charger son esprit de leçons apprises dans les livres, autre chose de satisfaire les légitimes curiosités de son intelligence naissante, sur ce qu’il voit au foyer, dans les jardins ou dans les champs.

Relisons les paroles que Victor Hugo met sur les lèvres de la nature s’adressant à la mère d’un petit enfant :

[…] Ô mère au cœur profond, laisse-nous cet enfant !

Nous ne lui donnerons que de bonnes pensées,

Nous changerons en jour ses lueurs commencées;

Dieu deviendra visible à ses yeux enchantés,

Car nous sommes les fleurs, les rameaux, les clartés,

Nous sommes la nature et la source éternelle,

Où toute soif s’épanche, où se lave toute aile;

Et les bois et les champs du sage seul compris,

Font l’éducation de tous les grands esprits.[…] »

Ce n’était pas fini mais bon Victor avait le temps, nous non. Le livre est facile à lire, date un peu mais ce n’est pas non plus du Saint François de Sales en Français ancien.

Alors pourquoi personne ne vous conseillera ce livre ?

Parce qu’au lieu de s’appeler simplement L’éducation pour les nuls (avec couverture en jaune et noir) ou La Bible de l’Education ou Réussir son enfant de Mme Unetelle Pédopsychiatre, il s’intitule …. Le Catéchisme de l’éducation. Horrible, non comme titre ?

Et encore, vous n’avez pas vu la couverture.

Mortelle.

Ne parlons même pas de la maison d’éditions. La droite de la droite. Plus à droite, y a pas, tu tombes.

Bref tout pour être invendable. Même le nom de l’auteur, cela ne s’invente pas : M. l’Abbé René Bethléem. 1919. Le livre fiché S comme S-trémiste vous voyez.

Peut-être que je viens de commettre un suicide de blog en conseillant ce livre.

Si ça vous tente quand même, ici le lien.

6 réflexions au sujet de « Le livre que personne ne vous conseillera (à part son vendeur) »

  1. Bonjour clémence
    j’ai 52 ans et 6 enfants .Je viens de découvrir votre article et sans vous connaître , j’ai suivi ce même processus intellectuel .J’ai fait pour cela 7 ans l’école à la maison .Cela a été très enrichissant pour tous , et les enfants et moi .Nous avons continué jusqu’en 4eme.Mes enfants sont retournés maintenant dans le sous-contrat et c’est difficile pour moi de voir qu’ils se sont moulés dans le conformisme ambiant « catho petit-bourgeois  » et trait leur maman d’extrémiste ! Néanmoins je crois au miracle de la foi , je suis une vrai idéaliste et je crois que ce qui a été semé ne sera pas perdu.L’amour que l’on donne au travers d’un enseignement de qualité , riche , près de la Vie et tourné vers le beau ne peut être que bon pour tous les enfants .
    Vous êtes dans le vrai , continuez .Finalement nous sommes nombreux sans se connaître à nous tourner vers cela .
    Bon courage
    Dominique

    1. Nous sommes nombreuses, oui. Éparpillées surtout. Une minorité croissante aurais-je du ajouter : )
      Vos enfants sont au printemps de leur vie, période un peu ingrate. Ils sont comme la vigne au printemps : tous les rangs sont verdoyants, mêmes ceux qui n’ont pas subi la taille sévère de l’hiver. C’est à la récolte qu’on voit les belles grappes sur les rangs qui ont été péniblement travaillés par le vigneron.

  2. Ajouté à la liste d’achats de livres.
    signé: une maman s-tremiste de quatre enfants que vous avez bien fait rire.

  3. Acheté ! Il a rejoint la pile de bouquins qui font la queue sur ma table de chevet. Merci pour ce livre que personne, à part vous, ne nous conseillera.
    Signé : également une maman s-trémiste de 4 bambins heureuse de lire enfin le blog d’une maman IEF avec qui je partage beaucoup de points communs.

    1. Merci Emma, le livre est dense. Je l’ai depuis plusieurs années et je n’ai pas encore tout lu. En fait il se consulte plus qu’il ne se lit.
      Il y a juste un chapitre sur les soins qui est obsolète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.