Citation

Mardi 27 novembre

Une des grandes plaies de notre époque, c’est de subordonner l’éducation morale et chrétienne à la culture de l’intelligence. Celle-ci absorbe l’homme tout entier, mais l’âme reste vide.

L’éducation, en général, n’est jamais qu’une voie, un moyen, ou plutôt un acheminement qui conduit à un but. Elle est noble, saine, salutaire; ou bien elle est commune, insignifiante, pernicieuse, selon la fin qu’elle se propose et le terme qu’elle veut atteindre.

La première condition de l’éducation morale est donc la connaissance de la destinée finale de l’homme; condition sans laquelle nulle direction n’est possible. Quel itinéraire voulez-vous tracer au voyageur qui s’embarque sans savoir où il va ? Quelle ligne de conduite suivra votre enfant s’il ignore le but où il doit tendre ? Cette ligne doit nécessairement rattacher le point de départ au terme; et si ce terme est inconnu ou méconnu, la vie humaine s’épuise en circuits inutiles qui aboutissent à de tristes et irrémédiables déceptions.

R.P. Théodore Ratisbonne, Manuel de la mère chrétienne (1860)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.