Choisir un cours par correspondance (à partir de la grande section)

Aujourd’hui je vais essayer de vous faire gagner du temps. Vous avez déjà cherché et trouvé des avis sur les cours par correspondance sur internet. Vous avez lu et pesé chaque argument de part et d’autre. Et vous n’êtes pas plus avancée.

C’est normal. C’est comme comparer des marques de lait en poudre alors qu’on sait qu’on devrait allaiter. J’ai essayé de vous écrire un article modéré mais j’ai échoué. Je me suis forcée à tempérer mon point de vue mais sans succès. Non possumus. Ce sera donc rapide, clair et tranché. Ou vous adhérez ou vous rejetez en bloc. Au moins, vous serez fixée.

Pourquoi le Cours Sainte Anne suscite-t-il autant de craintes ? Pourquoi plaçons-nous sur un piédestal les mères qui y inscrivent leurs enfants (pour ensuite les ramener vite sur le sol) ?

Tout simplement parce que le Cours Sainte Anne se situe par rapport aux autres cours comme l’allaitement maternel se situe par rapport à l’allaitement au biberon. Il est à la fois facile et exigeant.

Vous admettrez, j’espère, que le lait maternel est meilleur pour la santé que le lait reconstitué. Quelque soit la marque du lait, la couleur de la boîte, la composition de la poudre, la façon de la diluer, quelque soit le système digestif de votre enfant, son appétit, son poids, etc.,  le lait industriel ne peut pas remplacer le lait de la mère. Le corps de votre enfant a besoin d’un aliment de qualité comme son esprit a besoin d’une bonne nourriture. Il est question ici de sa santé physique et intellectuelle.

J’aurais plus intérêt à vous dire : peu importe le cours, pourvu que vous vous sentiez bien dedans. Comme dans ces magazines féminins qui débitent 5 pages sur l’allaitement maternel puis qui concluent, de peur de culpabiliser le peu de lectrices qui leur restent : ce qui compte, c’est votre choix. Mais c’est faux. On nage en plein relativisme (seriez-vous un peu « pro-choice »?). La vérité est qu’il est injuste, quand on n’a pas de véritable empêchement à l’allaitement, de priver son enfant d’un aliment aussi vital pour sa santé, présente et future. Et dire cela ne culpabilise pas celles qui y mettent toute leur bonne volonté. Si vous ne pouvez pas, tant pis ! La Providence a ses raisons. Cherchez sereinement d’autres solutions.

Voilà pourquoi je fuis un peu le débat entre les cours par correspondance. Nous pourrions échanger pendant des heures pour discuter des avantages et des inconvénients, ça ne changera rien au fait, à la différence de qualité entre les contenus : le Cours Sainte Anne offre une nourriture intellectuelle correspondant aux besoins de tous les enfants : à la fois riche, diversifiée et digeste, selon les quantités que vous présentez à votre enfant (gourmand ou petit appétit). C’est là que vous intervenez et que vous adaptez le cours. Il y a des nourrissons qui prennent leur ration en 10 mn au sein de leur mère, d’autres qui ont besoin de 3/4 d’heures avec une pause au milieu. Mais dans les deux cas, vous voulez qu’ils soient rassasiés. Certains réclameront toutes les 2 heures, d’autres toutes les 4 heures. Ce sera plus ou moins pénible selon les enfants. C’est pareil avec le Cours Sainte-Anne, vous le suivez avec régularité, mais à un rythme particulier pour chaque enfant sans en modifier l’essence.

Qu’a-t-il de si extraordinaire ? La richesse et la profondeur des textes étudiés, la justesse des instructions pédagogiques, la solidité de la méthode syllabique (la vraie), la progression des savoirs et pour les plus jeunes beaucoup de graphisme et d’écriture. J’ai lu une fois ce commentaire : « une banque d’exercices, ça se paye ». C’est juste. En plus, vous n’avez rien à préparer. Jusqu’au CE1, vous ouvrez le cahier avec l’enfant et vous commencez (en multi-niveaux, ça se corse).

Je veux bien que nous décortiquions ensemble les étiquettes au dos des boîtes de lait en poudre  ou que nous comparions les prix mais, à moins d’avoir un diplôme de nutritionniste spécialité Chimie, reconnaissons que nous n’y comprenons pas grand chose. Le langage est trop technique. C’est pareil pour les cours et les pédagogies, à part les mères de famille qui étaient institutrices, nous nous sentons un peu perdues dans la forêt des méthodes d’apprentissage. Tout ce que nous voulions au départ, c’est qu’il sache lire, écrire et compter. Pas nous embarquer dans des débats qui nous éloignent du problème, qui le compliquent, qui nous stressent, et en plus qui risquent de lasser notre seul appui, nos maris.

Mon témoignage plus personnel maintenant :

Je me suis inscrite la première fois au Cours Sainte Anne (grande section) sans vraiment réfléchir, sans préjugés. J’en avais juste entendu parler. Donc sans pression. Et je remercie le Ciel d’avoir guidé mes pas. Oui il arrive que le Cours Sainte Anne ne corresponde vraiment pas à une famille. Comme il arrive qu’une mère ne puisse vraiment pas allaiter. Mais ce sont des cas particuliers.

Mes enfants ne sont pas surdoués, ils lisent surtout énormément. J’en ai un qui décolle difficilement du zéro de moyenne en orthographe. La dictée Sainte Anne, c’est un peu comme nos revenus agricoles, on compte en négatif, on est content quand on a zéro : )

Je n’ai pas un profil littéraire, je détestais les commentaires composés au lycée. Le Cours Sainte Anne m’a redonné le goût des textes, j’ai appris avec mes enfants. Reprocher à ce cours d’être austère est infondé. Plus d’une fois, nous avons ri à en pleurer avec mes deux grands lorsque nous lisions certaines dictées. J’ignore où et comment elles ont trouvé toutes ces pépites littéraires. C’est fin, c’est subtil, c’est beau, c’est français (vous avez dit chauvinisme ?).

Le résultat au bac ? Aucune idée ! Je ne suis pas concernée avant juin 2025. Et vu la tournure des événements sur l’obtention de ce diplôme, je m’interroge plus sur son avenir que sur celui de mes enfants.

Il y a un seul point qui me chagrine : le Cours a été racheté par Alma Learning, trois dirigeants au style plutôt « business man » dont un Rothschild, Sainte Anne n’est donc plus qu’une « marque » de cette grosse boutique. C’est comme si on m’annonçait que Joëlle d’Abbadie travaille pour Pixar ou Disney… L’avantage, c’est que l’aspect des cours est de plus en plus attrayant, l’inconvénient c’est que le prix l’est de moins en moins

Je clos le sujet. Appelez le cours directement. L’équipe est professionnelle et très à l’écoute. Vous pouvez aussi poser des questions ci-dessous. Je n’ai pas réponse à tout.

3 réflexions au sujet de « Choisir un cours par correspondance (à partir de la grande section) »

  1. Je me connais pas Ste Anne mais en entend beaucoup parler. Pour la moyenne et grande section, je conseille tout simple des petits livrets pas chers, pratiques, légers et simples, en graphisme, écriture et calcul : la collection Papillon. Très classiques, un peu austères peut-être mais pourquoi chercher compliqué et cher ? Rien n’empêche de compléter (ce que je fais pour la moyenne section, avec un granf cahier à côté) par des activités plus ludiques trouvées sur internet (tableaux double entrée, coloriages, etc).

    1. En calcul, les petits cahiers pas chers, ce sera suffisant mais en graphisme, l’enfant ne fait que des petits traits. Verticaux, horizontaux, de biais certes mais des petits traits quand même. Alors que les exercices de graphisme consistent, il me semble, à « assouplir » le poignet de l’enfant. Donc il faut des courbes, des ponts, des boucles, des cercles, tout cela en grand sur des feuilles A4 parce que son poignet et son pouce ne doivent pas rester immobiles et crispés quand il pose le crayon sur le papier.
      Si je parle du Cours Sainte Anne ainsi, ce n’est pas parce que c’est le plus compliqué, le plus cher, le plus catho-compatible ou que ça fait plus chic de dire que mes enfants suivent Sainte-Anne. C’est parce que c’est le meilleur, c’est tout. Objectivement. Et vous n’aurez pas besoin de compléter. C’est du clé en main.
      Si vous en entendez beaucoup parler, c’est parce que c’est une référence. Et le prix est largement justifié : des centaines de pages d’entraînement, un guide pédagogique pour le parent (si précieux que vous le garderez à vie pour vos petits-enfants), une écoute et des conseils de grande qualité au téléphone et enfin la méthode de lecture. Alors là c’est très simple : c’est de la VRAIE méthode syllabique (oui la fausse existe) dès la maternelle, de la pure, de la 100%, garantie sans intrusion globale ou semi globale. Et ça vous ne le regretterez jamais.

  2. Au final, il n’y a que les cours ste Anne qui remportent votre adhésion. Je le comprends très bien mais je regrette que l’on ne puisse pas simplement comparer les cours/méthodes sur ce blog, car chaque enfant, chaque famille, chaque style de vie est différent et donc certains enfants peuvent très bien réussir (aussi bien qu’avec ste Anne) avec d’autres cours. Le coût n’est pas un élément à mettre de côté. Ni le plaisir pour certains parents de compléter avec leurs outils propres (internet, matériel, inventions). Ste Anne est certainement excellent et adapté à tous. Mais par forcément le meilleur pour tous (enfants et parents).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.