L’école à la maison, ce n’est pas une question d’organisation (enfin…pas que)

Initialement, j’avais prévu un article montrant comment s’organiser quand on « fait l’école » à ses enfants. Je voulais vous proposer un exemple d’organisation : les horaires, les matières, les supports, les récréations, etc… Bref, le même genre d’articles que l’on retrouve sur tous les blogs de mamans qui font l’école à la maison.
Mais finalement, cela m’a paru inutile. Je peux bien vous dire en quelques lignes comment ça se passe chez moi (et je vous le dirai volontiers plus bas) mais ça ne vous avancera pas à grand-chose.

Et vous savez pourquoi ?

1) Parce que, mise à part quelques trucs et astuces, ce qui fonctionne dans une famille ne fonctionnera pas forcément dans une autre.
2) Parce que même la meilleure organisation peut devenir obsolète en quelques semaines.
3) Parce que vous êtes sur un blog.

Permettez-moi d’expliquer plus en détail.

Continuer la lecture de L’école à la maison, ce n’est pas une question d’organisation (enfin…pas que)

Citation

Mardi 12 mars

Plus qu’une citation, je vous propose aujourd’hui de larges extraits d’un livre fantastique. Il a été édité en 1905 suite à des conférences à Paris pour les pères de famille (mais ça peut nous inspirer aussi). Comme il y a peu de chances que vous le trouviez ailleurs sur le web, j’ai décidé d’en publier une bonne partie donc là c’est le 1er épisode.

     « Je suppose un père qui comprenne toute la gravité de son devoir, et soit préparé à le remplir, décidé à faire les sacrifices nécessaires, à travailler aussi longtemps qu’il le faudra, sérieusement, personnellement, à l’éducation de ses enfants; que devra-t-il faire ?

     Tout peut se ramener aux points suivants : la correction, la religion, l’exemple, la préservation, la dernière éducation, l’avenir.

     Le devoir de correction est la conséquence immédiate de la déchéance originelle. L’homme ne naît pas naturellement bon, comme l’a prétendu Rousseau.[…]

     La correction exige du père et de la mère quatre qualités : la clairvoyance, la fermeté, la bonté et l’entente mutuelle.

     La correction exige la clairvoyance parce que c’est une oeuvre de lumière et de sagesse, et qu’avant tout il faut y voir clair. Il faut voir clair sur le but à atteindre; il faut des idées nettes, des principes solides, viser à élever les enfants pour Dieu et non pour soi-même.[…] Il faut y voir clair sur les enfants eux-mêmes. Ceux-ci ne se ressemblent pas; leurs natures physiques et morales sont essentiellement différentes. Les traiter tous de la même manière, c’est une erreur et une faute. Il faut étudier la nature spéciale de l’enfant, son caractère, ses qualités, ses défauts, pour savoir comment on devra le prendre, ce qu’on pourra exiger, la mesure d’effort dont il sera capable, ce qu’il y aura de principal à combattre et à développer chez lui. […]

     C’est une oeuvre de force, elle demande de la fermeté. Celle-ci manque encore plus que la clairvoyance.[…] On ne veut plus, on ne sait plus commander, ni défendre, ni, ce qui est capital faire vouloir les enfants.

     Mais la fermeté n’est pas l’emportement, la colère, la brutalité, la raideur, le caprice, la passion, l’injustice. La fermeté doit être juste et patiente […] contenue, maîtresse d’elle-même. […]

     A la fermeté il faut joindre la bonté pour se faire aimer des enfants. Sans elle, la fermeté serait odieuse et repoussée, ou subie comme un esclavage. […] Ce n’est pas une bonté de concession et de faiblesse, […] ce n’est pas non plus, de la part du père, une bonté trop familière, une bonté de camarade. […] Les plus grands maîtres de l’antiquité , comme Platon et Cicéron, et ceux des temps modernes, en fait d’éducation, se sont nettement prononcés sur ce point. La camaraderie nuit au respect et à l’autorité.

     Il faut une bonté digne et forte, ferme et sans faiblesse, et qui ne s’inspire en toutes choses que du véritable bien de l’enfant; une bonté qui soit le reflet et l’image de celle de Dieu, la seule qui mérite d’être appelée la bonté paternelle. […]

     Enfin, parce que vous êtes deux, parce qu’il y a la mère à côté du père, la mère qui a sa large part dans l’éducation, et son autorité, elle aussi, sur l’enfant, il est essentiel qu’il y ait entente mutuelle. Cela est très rare. […] Faites-vous vos mutuelles observations en particulier, jamais devant les enfants. […]

     Avec l’entente mutuelle, la bonté, la fermeté, la clairvoyance, l’oeuvre de correction se fera. A une condition cependant, c’est que la religion sera là pour tout inspirer, tout relever, tout vivifier.

     Sans la religion, pas d’éducation possible.

     Les moins religieux le reconnaissent, quand ils sont sincères, je veux dire quand ils ne font pas oeuvre de sectaires, mais oeuvre de pères, quand il s’agit de leurs propres enfants.

     Diderot faisait lui-même le catéchisme à sa fille; et il répondait à un ami qui s’en étonnait : « On n’a pas encore trouvé de meilleur moyen d’éducation ».

Le mari, le père et l’apôtre, Abbé de Gibergues (1901)

—————————-

Pour être informé de la publication de l’épisode suivant, vous pouvez vous inscrire à gauche si vous le souhaitez. Vous pourrez aussi accéder à tous les autres textes déjà cités. Pas de panique pour votre boîte de réception, j’envoie un mail par mois seulement…

Des résolutions pour la maison.

Il est trop tard pour se souhaiter une bonne et sainte année mais certainement pas pour s’interroger sur les bonnes résolutions de l’année. En avons-nous pris une d’ailleurs, et où en sommes nous aujourd’hui ? Quelques imprévus, une bonne fatigue et c’est vite oublié, non ?

Heureusement, l’avantage des bonnes résolutions, c’est que nous ne sommes pas obligée d’attendre le prochain premier janvier pour les prendre.

On pourrait relever que dans le mot résolution, il y a le mot solution. Donc prendre une résolution n’est pas forcément apporter quelque chose de nouveau ou de supplémentaire dans notre vie mais d’abord cibler et résoudre un problème déjà existant. Ce n’est pas non plus solutionner. Par exemple : je suis épuisée donc j’ai besoin de sommeil donc je dors plus. Ça c’est solutionner, ça nous avance peu. C’est ce que font de mieux les politiques, ils savent solutionner les problèmes mais jamais les résoudre. Revenons à notre exemple. Le problème n’est pas d’être épuisé, ça c’est un constat. Le problème c’est plutôt : comment ne plus être épuisée (ou moins fatiguée parce qu’une mère de famille jamais fatiguée c’est rare). Et on réfléchit, on cherche les causes (toutes les causes car souvent ce n’est pas qu’à cause du bébé) et en étant honnête avec nous même, nous trouverons : télévision, Facebook, téléphone, horaires des bains ou du dîner tardifs, mauvaise alimentation, etc…

Résolution = solution.

Donc prendre une résolution consiste principalement à mettre en place une habitude. A remplacer une mauvaise habitude par une bonne habitude. Attention, cela ne supprimera pas le problème car si nous baissons les bras, le problème resurgit tôt ou tard. La solution à notre problème se trouve dans notre résolution. Elle ne se trouve ni ailleurs ni chez les autres.

Donc pour commencer, il va d’abord falloir arrêter d’accuser la terre entière et nous poser les bonnes questions : quel est mon problème pratique depuis un certain temps ? Pourquoi ? Comment pourrais-je y remédier ? Que puis-je faire à mon niveau pour changer cela ? Quelle petite action ou quelle habitude pourrais-je mettre en place ?

Continuer la lecture de Des résolutions pour la maison.

A imprimer : images associées aux lettres é, è, ê.

Suite et fin des images associées aux voyelles. Comme je vous l’avais expliqué, on peut commencer à n’importe quel âge, il y a des petits enfants qui colorient, ceux qui font mine de ne pas retenir et des plus grands que cela passionne. Vous retrouverez ici les lettres a, e, i, o et u. Vous aurez remarqué que la lettre « y » est absente de cette liste de voyelles. Il me semble qu’il est trop complexe pour être étudié en grande section. D’autant plus qu’il « fait » le même son que le i lorsqu’on le rencontre seul (lys, cygne, bicyclette, etc.).

Donc ci-dessous les nouvelles images Continuer la lecture de A imprimer : images associées aux lettres é, è, ê.

Des sites pour vous et quelques dessins animés pour vos enfants

Comme je ne trouve pas le temps d’écrire un article en ce moment, je me suis dit que j’allais vous envoyer promener sur d’autres sites. Donc il y a une nouvelle page sur ce blog avec des liens très très utiles comme son nom l’indique. Voyez à gauche dans le menu.

J’ajoute ci-dessous une liste de dessins animés (bien qu’on le déplore, parfois on n’a pas le choix) non toxiques, pour petits et grands. Je préviens que les dessins animés de manière générale sont mauvais pour les enfants (parce que c’est du temps capté par un écran) mais il m’est arrivé d’avoir vraiment besoin que les enfants soient tous assis dans la même pièce sans bouger pendant 15 mn. Dans ce cas, je ne trouvais pas d’autre solution. Donc voici ce que je conseille mais à toute petite dose ! Continuer la lecture de Des sites pour vous et quelques dessins animés pour vos enfants

Réduire la pression : 11 choses que vous n’êtes pas obligée de faire.

Etes-vous sous pression ? Oui forcément un peu. On est toutes toujours un peu sous pression. Sinon on s’ennuie : ) Le problème, c’est qu’il y a la bonne pression et la mauvaise pression : la première nous libère alors que la seconde nous stresse.

La bonne pression nous oblige à anticiper et à planifier pour être efficace à long terme. Et en général ça marche. On a fait ce qu’on avait à faire, on l’a bien fait et… on l’a même fait avec le sourire. La mauvaise pression, elle, nous pousse dans la précipitation, elle nous contraint à improviser, à faire des choix qu’on n’assume pas (dessin animé, plats industriels pré-cuisinés, cris irritabilité, etc…) et ne  garantit des résultats qu’à court terme.

Je n’ai pas de recette miraculeuse contre la pression, si ce n’est de l’organisation dans les domaines qu’on aime le moins (repas, ménage ou linge, il faut se faire violence) et beaucoup de simplification dans le reste.

Quand on pratique l’école à la maison, on a tendance à « se mettre une pression » supplémentaire. On imagine que ce choix d’instruction nous oblige à faire certaines choses. En voici au moins 11 que vous n’êtes pas absolument obligée de faire et qui peuvent contribuer à diminuer la pression que vous vous êtes mise, au moins pour cette année : Continuer la lecture de Réduire la pression : 11 choses que vous n’êtes pas obligée de faire.

De bons jeux éducatifs pour la maternelle (suite)

Je continue la liste de jouets/jeux démarrée ici. Autant vous prévenir que ce ne sera pas vraiment l’article le plus « écolo » du blog. Moins de bois et plus de plastique dans ce que je vous propose aujourd’hui. Sans compter les produits qui viennent certainement de Chine. C’est dommage certes mais il faut bien comprendre qu’en général, les parents qui démarrent l’école à la maison en maternelle ne prévoient pas du tout de pratiquer cela plusieurs années. Donc les achats sont réalisés au fur et à mesure en tâtonnant un peu et avec un budget limité. Ce n’est pas une liste de fournitures indispensables mais juste un aperçu de ce qui m’a été bien utile et de ce que j’ai conservé.

Si vous envisagez d’instruire votre enfant jusqu’au CP ou plus, ça vaut le coup d’acquérir certaines choses qui serviront de nombreuses années. Si vous pensez ne faire que la maternelle, n’allez pas vous ruiner ni vous encombrer avec trop de matériel pédagogique. Et oubliez un peu Montessori ou Mademoiselle Alvarez. Vous gagnerez du temps, de l’argent et de l’énergie…

Continuer la lecture de De bons jeux éducatifs pour la maternelle (suite)

A imprimer : des images associées à des lettres

Le plus dur avec l’école à la maison, c’est d’occuper les petits jusqu’à 3 ou 4 ans. Ils voudraient avoir les mêmes cahiers de moyenne section mais si on cède à cette demande, on réalise que c’est une erreur. Le beau cahier d’exercices devient un cahier de coloriages ou de tentatives ratées de dessiner des lettres. Alors c’est un peu énervant, on comprend que le petit voudrait faire comme le grand mais c’est encore trop tôt.

Comme je vais être aussi confrontée à ce problème à la rentrée (une 2 ans à faire « travailler » pendant que je ferai la classe aux autres), j’essaye d’anticiper pour une fois. Je lui ai donc préparé des cartes à colorier associant des images à des lettres. Elle peut jouer avec les cartes, les colorier et aussi écrire sur la lettre si elle veut. J’ai volontairement laissé une image sans lettre pour qu’elle retrouve toute seule la lettre.

Pour l’instant, je n’en suis qu’aux voyelles, je dessine au fur et à mesure selon l’ordre dans lequel mes autres enfants ont appris à lire. Donc d’abord les voyelles. Sans les é, è, ê.

Si ça vous intéresse, continuez ci-dessous. Continuer la lecture de A imprimer : des images associées à des lettres

Comment apprendre à compter à nos petits math sup ?

Apprendre à écrire à un enfant, ce n’est pas si évident, il faut quelques supports de qualité et savoir par où commencer. Apprendre à lire ne s’improvise pas non plus. Certaines méthodes sont bonnes, d’autres désastreuses. Mais apprendre à compter à son enfant, voilà qui demande peu de travail aux parents. D’ailleurs, rares sont ceux qui ne « débroussaillent pas le terrain » avec leurs enfants, qu’ils aillent à l’école ou pas. Qui n’a pas chanté « Un, deux, trois nous irons aux bois » au moins une fois ? Ou compté les couverts pour Papa, Maman et bébé ? Ou encore menacé d’une punition en comptant jusqu’à trois (très lentement pour les plus désobéissants « deux…. deux et demi…trois ») ?

Continuer la lecture de Comment apprendre à compter à nos petits math sup ?

Le burn out de Saint François d’Assise, antidote au découragement

Que vous débutiez ou non dans l’éducation des enfants, que vous en éleviez un ou quinze, il y a peu de chances d’éviter la case découragement.

Nous nous donnons à fond sur un ou plusieurs aspects de l’éducation puis assez rapidement, nous réalisons qu’il y a des « loupés », que ce n’est pas comme nous l’avions imaginé. C’est le temps de nos premières désillusions sur l’enfant parfait.

Ces constats amères, saupoudrés d’une bonne fatigue, conduisent en général à un sentiment d’échec et à une certaine incompréhension de notre vocation. Pourquoi les efforts fournis n’apportent-ils pas le résultat tant espéré ? Continuer la lecture de Le burn out de Saint François d’Assise, antidote au découragement

Livres pour les enfants : des classiques à lire (et à relire)

Vous aurez beau être le meilleur parent du monde, si vous ne lisez pas régulièrement une histoire à votre enfant, vous ratez une belle occasion de le faire grandir en douceur sur le plan intellectuel, émotionnel et moral. Peu importe que ce soit vous ou votre mari qui lise, pourvu qu’un adulte lui lise des histoires. De belles histoires. Et si ça vous semble  difficile, commencez petit avec une histoire courte ou un beau conte de temps en temps. Vous cherchez la qualité, pas la quantité.

Vous l’avez sûrement remarqué, lorsqu’un enfant aime une histoire, il peut la réclamer pendant des semaines et des semaines. Oui c’est lassant, mais il vaut mieux Continuer la lecture de Livres pour les enfants : des classiques à lire (et à relire)

Le graphisme en maternelle : dessin ou écriture ?

Mise à jour régulière pour les ressources citées

Ah l’exercice de graphisme… Dévoré par certains enfants et redouté par d’autres. D’un côté des enfants qui crayonnent depuis leurs 18 mois, de l’autre ceux qui s’en dispenseraient volontiers jusqu’au CP. Entre ces deux profils extrêmes se trouve une majorité d’enfants, dont le vôtre peut-être, qui dessinent et colorient volontiers, tant que c’est « sujet libre ».

La maternelle à la maison consiste à entretenir les dispositions naturelles de l’enfant d’une part et à demander des efforts (pas naturels du tout) d’autre part. Continuer la lecture de Le graphisme en maternelle : dessin ou écriture ?

Choisir un cours par correspondance (à partir de la grande section)

Aujourd’hui je vais essayer de vous faire gagner du temps. Vous avez déjà cherché et trouvé des avis sur les cours par correspondance sur internet. Vous avez lu et pesé chaque argument de part et d’autre. Et vous n’êtes pas plus avancée.

C’est normal. C’est comme comparer des marques de lait en poudre alors qu’on sait qu’on devrait allaiter. J’ai essayé de vous écrire un article modéré mais j’ai échoué. Je me suis forcée à tempérer mon point de vue mais sans succès. Non possumus. Ce sera donc rapide, clair et tranché. Ou vous adhérez ou vous rejetez en bloc. Au moins, vous serez fixée. Continuer la lecture de Choisir un cours par correspondance (à partir de la grande section)

Un petit exemple de minorité agissante

Vous avez intégré depuis longtemps que l’école publique ne fournira pas l’instruction suffisante à votre enfant lui permettant de savoir lire, écrire et compter. Vous avez aussi réalisé qu’elle n’était pas l’endroit le plus sûr pour son intégrité physique (violence à la récré) et morale (promotion de mœurs douteuses).

Vous vous êtes alors tournée vers l’école privée. Appâtée par de bonnes apparences, vous avez testé un an, pour goûter. Vous avez vite recraché : même nivellement par le bas et même religion républicaine que dans le public. La seule différence se trouvait dans le chéquier.

Alors, embryon d’esprit dissident, vous avez pensé à l’école hors-contrat. Vous avez cherché une des ces perles rares qui se multiplient dans le pays. Vous avez beaucoup cherché mais vous n’avez rien trouvé. Elles semblent s’implanter partout où vous n’êtes pas. A croire qu’elles le font exprès. Le constat s’impose : pas d’école hors-contrat pour vos enfants. Vaguement envahie par un sentiment d’injustice, vous regardez impuissante ce dernier espoir s’envoler. Continuer la lecture de Un petit exemple de minorité agissante

Quelques bons jeux éducatifs adaptés à la maternelle

S’il y a bien un domaine dans lequel vous êtes totalement libre de vos choix, c’est celui des jouets et des jeux éducatifs. De très nombreux articles sont vendus, c’est un véritable business. Le problème c’est qu’il y a tellement de choix que vous allez vite y passer des heures précieuses avant de trouver le jeu qui soit à la fois beau, intelligent, amusant, solide et … à un prix raisonnable. Et puis soyons honnêtes, si en plus ça peut occuper l’enfant pendant des heures, ce serait parfait.

Dans cet article, je vous montre tout simplement une première liste de jeux ou de jouets qui, au fur et à mesure des années, ont constitué pour mes maternelles mon « matériel pédagogique ». Je vous les présente dans l’ordre chronologique d’acquisition, et je vous indique le prix amazon (fluctuant), il vous suffira de cliquer sur les images pour les liens. J’espère que cela vous donnera des idées : Continuer la lecture de Quelques bons jeux éducatifs adaptés à la maternelle